Les films romantiques intemporels

Lost in Translation - un film romantique hors du temps

Lost in Translation

Tout amateur de films romantiques devrait avoir vu Lost in Tranlation... Porté par les fabuleux Bill Muray et Scarlett Johannson, l'Amour en Translation, devrait-on dire dans la langue de Molière, est une fresque atmosphérique de deux êtres perdus dans leur vie personnelle et qui peinent eux-mêmes à se rencontrer. La plus grande partie du film se déroule dans un grand hôtel japonais, lieu de passage par excellence, où tout est éphémère : les rencontres, les repas, le temps passé dans sa chambre... A mon avis, c'est d'ailleurs ce qui donne ce sentiment que le temps est suspendu pendant tout le film.

Des personnages singuliers

L'un est un acteur cinquantenaire reconnu internationalement mais sur le déclin, de passage à Tokyo le temps de tourner une publicité pour du whisky, plutôt soulagé d'être loin de sa famille avec laquelle il ne parvient plus bien à communiquer. L'autre est une jeune femme d'une vingtaine d'années soumise aux obligations professionnelles de son petit ami photographe. Elle l'accompagne à l'étranger mais s'ennuie, elle ressent un profond sentiment de vacuité à se trouver à cet endroit sans raison particulière. Les deux protagonistes vont se rencontrer par hasard, au bar de l'hôtel, où Bob Harris (Bill Murray) sirote un whisky au comptoir et Charlotte (Scarlett Johannson) accompagne son petit-ami en réunion avec des clients. Ils s'aperçoivent, échangent des regards et une olive circule entre eux par l'intermédiaire du serveur. Un début de complicité s'installe.

Une relation ambiguë

Pendant tout le film, le spectateur va chercher à connaître l'issue de leur histoire. On ne sait jamais vraiment s'il y a de l'amour ou simplement une amitié affectueuse. Le film joue avec justesse sur cette corde raide tout en fouillant leur intériorité de façon désaffectée. Ils tentent tant bien que mal à la réalité qui les entourent et, lorsqu'ils décident enfin de quitter l'hôtel pour visiter la ville, ils redeviennent des enfants quelques peu émerveillés par les lumières nocturnes de Tokyo.

Menu